Quelles sont les différentes techniques de mesure (de l’efficience) de l’arrosage ?

Dans le domaine agricole, le degré d’humidité du sol est un facteur déterminant dans le taux de production et le rendement. En effet, il est important pour les agriculteurs de mesurer le potentiel hydrique du sol ou des plantes, afin de réguler efficacement l’arrosage et garantir ainsi une production optimale. Heureusement, il existe aujourd’hui plusieurs solutions pour mesurer avec précision l’efficience de l’irrigation. En voici quelques-unes.

Le tensiomètre à eau

Le tensiomètre à eau est un équipement qui permet de mesurer l’état hydrique du sol. Cet outil utilise une technique de mesure de pression qui permet de déterminer la tension de l’eau en centibars (cb). Avec une capacité de mesure généralement comprise entre 0 et 80 cb, il est très adapté sur les sols assez humides. Vous pouvez donc l’utiliser dans le domaine du maraîchage.

L’avantage avec le tensiomètre à eau, c’est qu’il est facile à utiliser et permet d’avoir des données très précises. Installé en plein champ, il mesure la potentialité hydrique du sol et affiche la tension exacte de l’eau directement sur son nanomètre à aiguille.

Vous souhaitez installer ce système de mesure dans votre exploitation agricole ? Vous trouverez sur le site https://www.agroressources.com un riche catalogue d’équipement destiné au pilotage des irrigations.

arrosage pelouse

Les Sondes Watermark

La sonde Watermark est un outil de mesure électrique, qui permet de déterminer le degré d’humidité du sol en se basant sur la difficulté à extraire l’eau. Cet équipement dispose d’une capacité de mesure allant jusqu’à 200 cb, voire plus en fonction du modèle. Robuste et facile à utiliser, cet outil est très adapté pour les grandes surfaces de culture. Il peut donc être utilisé en viticulture, en grandes cultures ou en arboriculture. L’avantage, c’est qu’il s’adapte efficacement à tout type de sol, y compris les sols qui peuvent être parfois très secs. De plus, il résiste très bien au gel et ne nécessite pratiquement aucun entretien.

Toutefois, contrairement au tensiomètre Irrometer, la sonde Watermark ne permet pas d’avoir systématiquement les données de la mesure. Pour lire les résultats obtenus, vous devez installer le boîtier de lecture Watermark. Il faudra ensuite connecter les fils de la sonde aux pinces du boîtier. Dès que cela est fait, cliquez deux fois sur le bouton « READ » pour afficher les données à l’écran. Vous pourrez ainsi adapter l’arrosage aux besoins d’irrigation réels du sol, en tenant compte des résultats fournis.

La Chambre à pression

Si le tensiomètre à eau et la sonde Watermark s’appliquent directement au sol, cela n’est pas le cas pour la chambre à pression (ou Bombe de Scholander). Celle-ci est notamment utilisée pour évaluer l’état hydrique de la plante. Elle est généralement composée d’une source de gaz neutre, d’un régulateur de débit et d’un nanomètre de précision.

Pour atteindre son objectif, la chambre à pression utilise une méthode de mesure par extraction de la sève. Cette technique consiste à estimer la capacité du mésophylle (cellules des tissus intérieurs d’une feuille) à retenir de l’eau. Ceci se fait à l’aide du gaz neutre (généralement de l’azote comprimé) appliqué progressivement sur une feuille placée dans la chambre. Le potentiel hydrique ainsi mesuré s’affiche sur le nanomètre.

Ce dispositif est connu pour être très efficace et particulièrement précis pour prendre soin des plantes. Cependant, c’est une méthode complexe souvent utilisée par les centres de recherche agronomique, les établissements d’enseignement agrovilles ou les viticulteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.