Depuis toujours, l’homme s’est adapté aux contraintes et aux évolutions de son époque. Et les nouvelles générations en font de même, notamment avec l’utilisation des nouvelles technologies qui ne cessent de d’attirer bon nombre de gens. Cependant, les pédiatres s’inquiètent sur l’utilisation prématurée d’écrans interactifs par des enfants moins de 3 ans. En effet, une enquête menée par les membres de l’Association française de pédiatrie ambulatoire (Afpa) a dévoilé que 48 % des enfants moins de 3 ans ont accès à des tablettes ou smartphones pendant une durée moyenne de trente minutes par semaine.

Des résultats accablants

C’est en février dernier que l’Association française de pédiatrie ambulatoire (Afpa) a mené une étude sur l’exposition excessive des enfants moins de 3 ans aux écrans interactifs. Publié cette semaine, ce rapport est issu d’une enquête effectuée par 144 pédiatres membres de l’Afpa sur le quotidien de parents et de 197 enfants. Et le constat est alarmant, car près de 48 % des jeunes de moins de 3 ans utilisent déjà des écrans interactifs, que cela soient un smartphone, une tablette, un ordinateur, ou même une télévision. Ces pédiatres ont constaté que plus d’un tiers de ces jeunes enfants manipulent ces appareils sans la présence d’un adulte, avec un taux d’utilisation de 93 % à la maison et de 12 % en voiture.

317612

Selon cette étude, il semblerait que ce sont les parents eux-mêmes, qui prêtent leurs appareils à leurs enfants afin de les consoler ou de les occuper. En effet, 44 % des parents confient leurs portables à leurs enfants, et 61 % de ces jeunes enfants regardent déjà le journal télévisé et des programmes inadaptés à cet âge.

Les pédiatres donnent l’alerte

Les membres de l’Afpa s’inquiètent sur l’impact négatif des nouvelles technologies sur le développement de l’enfant. Ils estiment qu’à cet âge, les enfants devraient se passer d’écrans et combler d’interagir avec l’environnement grâce à ses 5 sens. Toutefois, la situation est inquiétante pour ces spécialistes, car il semblerait qu’un tiers des enfants moins de 3 ans regardent déjà la télévision. D’ailleurs, Alexandra Mielle, chef du département Protection des publics a déclaré que « la télévision risque de le cantonner dans un statut de spectateur à un moment où il doit apprendre à devenir acteur du monde qui l’entoure ». Pour ce qui est des tablettes et smartphones, ils diffusent des programmes et publicités susceptibles de provoquer une « forte charge émotionnelle » aux plus jeunes.

ensemble-complet

L’accès à internet est aussi très dangereux en raison de la fragilité psychologique des jeunes enfants. En effet, la toile regorge de sites inadaptés à un public de bas âge. Cela peut « brouiller la distinction entre l’espace intime et l’espace public et la notion du point de vue de l’autre ».  Par exemple, l’enfant devrait éviter les réseaux sociaux avant 12 ans. Toutes ces conséquences peuvent altérer le développement physique et psychologique de l’enfant, d’où cet appel d’urgence lancé par l’Afpa.

Qu’est-ce que les parents sont censés faire ?

20131028111900_enfant-tablette

Pour le bien-être de leur progéniture, les parents doivent privilégier des activités et des jeux classiques et des livres d’éveil pour que l’enfant moins de 3 ans construise ses propres repères spatiaux et temporels. Après, il faut savoir introduire les tablettes dans la vie de ces jeunes enfants au moment opportun, c’est-à-dire, quand c’est l’enfant qui est demandeur. Mais le temps d’utilisation de ces tablettes doivent être limité et sous la présence d’un adulte afin d’éviter un abus. De plus, les logiciels doivent être adaptés à l’âge de l’enfant, en privilégiant les jeux d’ensemble. De même pour la télévision, les adultes doivent effectuer une surveillance des émissions tout en instaurant une limite de visualisation aux enfants de 3 à 6 ans.