En France nous sommes tous aujourd'hui conscients qu'il est important de faire attention à ce que nous mangeons au quotidien. Entre les différents reportages qui sont régulièrement diffusés à la télévision et le grand nombre d'articles de journaux qui traient de cette problématique chaque semaine, nous savons tous que l'industrie agroalimentaire a dépassé certaines limites, pour ce qui concerne la santé publique. Trop de scandales ont éclaté, dans lesquels une entreprise responsable de la fabrication de plats cuisinés ou un secteur de l'élevage animal étaient concernés. Pourtant la loi française mais aussi la législation européenne sont là pour préserver les consommateurs en établissant des règles strictes à l'égard de ces sociétés qui diffusent sur le marché des produits alimentaires. 

Un plus grand respect des animaux et des végétaux

Si certains de ces acteurs du secteur agroalimentaire jouent le jeu, ce n'est pas le cas de tous, comme le prouvent les différentes affaires qui ont eu lieu ces dernières décennies. Pourtant il est important de mettre en avant les entreprises qui, elles, travaillent à ce que nous consommions mieux. Or cela commence par la nutrition animale et végétale, c'est-à-dire la façon dont les animaux destinés à fournir leur viande pour que nous la consommions, de même que les végétaux qui se retrouveront dans notre assiette, ont grandi et poussé, et surtout ont été nourris. En effet c'est la base même du système, que de prendre soin de ses premiers acteurs, pour que les derniers profitent des conséquences.

Un retour vers des choses plus simples

L'industrie agroalimentaire s'est développée très rapidement, au fil du vingtième siècle, permettant ainsi à de nombreux français de pouvoir manger chaque jour à leur faim. Pourtant l'urgence d'aller toujours plus vite a parfois fait oublier l'essentiel à ces entreprises : nous fournir de quoi nous nourrir bien, pour être en bonne santé. Il est certes difficile de produire à grande échelle des nourritures qui soient goûteuses et nutritives, mais que l'on puisse à la fois conserver longtemps dans son placard. Les additifs tels que les conservateurs sont donc la norme. Pourtant si nous consommions différemment, en achetant de plus petites quantités mais plus souvent, on y gagnerait sûrement en qualité, et donc en santé.